Jérôme Fourquet : « La France a atteint un degré de déchristianisation qu’elle n’avait encore jamais connu »

Jérôme Fourquet : « La France a atteint un degré de déchristianisation qu’elle n’avait encore jamais connu »

Avec Jérôme Fourquet – Le 09 avril 2019 – Boulevard Voltaire

J’ai longtemps hésité à partager ce billet portant sur un sujet qui m’est cher : notre religion. Ou ce qu’il en reste. Clé de voûte, aujourd’hui ébranlée, de notre société. Cet « élément unique qui permet de maintenir la cohésion des multiples éléments l’entourant et ce, par sa seule présence, ses seules caractéristiques intrinsèques » est tombé, entrainant dans sa chute le reste de l’édifice. Y compris le Vatican qui se fissure de partout. L’article est un peu long mais extrêmement intéressant. Je vous le recommande. //RO

© Tosque Jean-Louis

Le paysage sociologique français s’est considérablement modifié. En s’appuyant sur les données de l’IFOP dont il est directeur de département, Jérôme Fourquet publie un ouvrage, L’Archipel français. Naissance d’une nation multiple et divisée, dans lequel il décrit une fracture sociale, culturelle, éducative, géographique et ethnique de la France. Quelles en sont les causes ? Vivons-nous dans une société multiculturelle ? La crise des gilets jaunes s’inscrit-elle dans cette analyse ? Jérôme Fourquet répond au micro de Boulevard Voltaire. Un entretien exclusif à ne pas manquer !

Vous êtes directeur du département opinion de l’IFOP. Vous venez de publier un ouvrage intitulé L’Archipel français. Naissance d’une nation multiple et divisée aux Éditions du Seuil. Qu’est-ce qui est à l’origine de votre enquête sur cette archipellisation de la France ?

Ce livre prend naissance dans mon travail quotidien à l’IFOP ainsi que ma réflexion et mon observation de la société française depuis une vingtaine d’années. J’ai senti le besoin de mettre tout cela sur papier. Je voulais mettre tous les éléments du puzzle, que j’avais mis de côté au fil des ans, en cohérence pour dresser un panorama le plus objectif possible de la société française d’aujourd’hui.
Le constat apparu est celui d’une fragmentation sans précédent de la société française sur des logiques économiques et territoriales. En reprenant et en affinant les tests de Christophe Guilluy, on s’aperçoit d’une fragmentation multiple.
Une fragmentation éducative et culturelle, avec une stratification de plus en plus accrue de la société française sur le niveau scolaire.
Une fragmentation idéologique et affinitaire sur certains modes de vie. On parlera peut-être, tout à l’heure, des gilets jaunes.
Et pour finir, une fragmentation ethnoculturelle avec le phénomène majeur de l’immigration de ces dernières décennies.
Ce phénomène a modifié, avec d’autres facteurs, la physionomie de la société française. Au terme de cette vague d’investigations, l’image qui nous est venue à l’esprit est celle de l’archipel. D’où le fait de parler d’archipellisation dans cet ouvrage. C’est une forme de fragmentation assez massive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :